Jeunesse et éducation

Le droit à l'éducation et à la formation, tel qu'il est stipulé dans l'article 26 de la déclaration universelle des droits de l'Homme (« Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire et fondamental. L'enseignement élémentaire est obligatoire») ne se reflète nullement dans la situation de 45 % des jeunes africains âgés de 6 à 12 ans, toujours privés d'éducation primaire. L'objectif 2 des OMD qui vise à assurer l'éducation primaire pour tous d'ici 2015, cherche par ce biais à faire en sorte que la situation de ces jeunes qui, ne pouvant exprimer leur potentiel intellectuel, privent leur pays et l'humanité entière de leur contribution à son développement, change vite et radicalement. Car le tribut payé par ces jeunes privés d'éducation est trop lourd pour les pays africains. Ces enfants travailleurs, enfants en difficulté soldats, enfants des rues, enfant exploités et trop souvent martyrisés, jeunes filles illettrées trop souvent mariées précocement, influeront fatalement sur le niveau d'éducation de leurs propres enfants.

 

C'est conscient de tout cela qu'ENDA avait investi, il y a plus d'une vingtaine d'années déjà, le champ de la protection de l'enfance en difficulté. L'évolution qui a ensuite marqué son action, souvent opposée à l'approche par l'assistance systématique ou la réinsertion, a été propice à la mise en oeuvre de méthodes participatives qui ont fait des enfants et jeunes qui font face à des situations difficiles (pauvreté, précarité, discriminations, violences) des acteurs à part entière, organisés depuis 1994 au sein du Mouvement africain des enfants et jeunes travailleurs (MAEJT). Comment renforcer leurs capacités et être des partenaires actifs et efficaces dans le combat pour l'amélioration de leurs conditions de vie ? Comment faire en sorte que les initiatives d'éducation pour tous puissent défricher des alternatives aptes à diversifier l'offre d'éducation et à l'adapter aux auditoires d'adultes, de femmes et d'enfants issus des milieux très défavorisés ? Ce sont les questions auxquelles plusieurs entités ont tenté d'apporter une réponse, combinant l'appui aux actions concrètes, le lobbying et le plaidoyer, à divers niveaux d'intervention allant du local à l'international.


DROIT DE L'ENFANT ENFANTS JEUNES TRAVAILLEURS EDUCATION ALTERNATIVE